Prise en charge de la douleur à domicile

Prise en charge de la douleur à domicile

Les infirmier(e)s à domicile sont souvent les premiers professionnels de santé à devoir gérer la douleur de leurs patients au quotidien… Et ce n’est pas toujours simple ! libheros vous livre des conseils pour évaluer la douleur et vous donne aussi quelques outils pour une meilleure prise en charge jour après jour.

De quelle douleur parle-t-on ?

quelle prise en charge pour la douleur ?

Il y a deux types de douleurs : les douleurs aiguës et les douleurs chroniques.

Pour y faire face, la première étape est de bien repérer et analyser le type de douleur. Ce n’est jamais évident notamment avec des personnes âgées qui minimisent ou ont du mal à exprimer exactement ce qu’elles ressentent.

Il y a plusieurs outils à votre disposition pour cela : l’échelle numérique (EN), l’échelle visuelle analogique (EVA) ou encore l’échelle verbale simple (EVS). Ces trois échelles permettent aux patients d’objectiver la douleur. [1]

Cette évaluation peut être complétée par ce que vous dit votre patient et par un examen clinique (est-ce que vous constatez des modifications cardio-vasculaires ou respiratoires, par exemple ?). Aussi, l’IDEL peut s’appuyer sur le comportement du patient, comme le changement d’expression du visage.

Cette évaluation complexe est basée sur la relation de confiance entre l’IDEL et le patient. Il faut donc que vous sachiez faire preuve d’écoute et de compréhension au quotidien.

Des échelles d’évaluation spécifiques existent pour les enfants et les personnes âgées pour affiner encore plus la mesure de la douleur.

Soulager la douleur lors de la prise en charge

Pour calmer la douleur, l’infirmier(e) peut appliquer une prescription existante et prodiguer des soins ou donner un traitement, qui peut être de fond ou ponctuel comme les pompes PCA (Patient-Controlled Analgesia, ou Analgésie Contrôlée par le Patient). Si aucune prescription n’existe, l’IDEL doit alerter le médecin traitant pour qu’il puisse effectuer une prescription adéquate. L’infirmier(e) libéral est le premier relais de la prise en charge.

Il peut suffire de bons réflexes, notamment pour les douleurs aiguës prévisibles. Lors d’un soin d’escarres par exemple, la douleur peut être anticipée par la prise d’un antalgique une demi-heure avant les pansements.

Des méthodes alternatives peuvent aussi vous aider au quotidien. En tant qu’IDEL, et dans le cadre de la formation continue, vous pouvez vous former pour mieux gérer cette douleur.

Par exemple, l’hypnose peut être une solution. La musique ou la sophrologie se révèlent très efficaces pour certains patients. Le toucher thérapeutique ou le massage peut aussi calmer la douleur, par exemple, dans le cadre de soins palliatifs à domicile. La simple présence de l’IDEL est évidemment un facteur apaisant pour le patient.

Des équipes mobiles dédiées à la prise en charge de la douleur à domicile existent et peuvent intervenir pour soulager le travail d’une IDEL au quotidien. Ces équipes dépendent d’une structure hospitalière et sont spécialisées pour gérer au mieux la douleur et améliorer le confort du patient à domicile.

[1] SFETD – Evaluation