Aide à domicile et prestations de soins à domicile : quelle complémentarité ?

Aide à domicile et prestations de soins à domicile : quelle complémentarité ?

Aujourd’hui, de nombreux seniors désirant rester vivre chez eux ont besoin de soins réguliers. La prise en charge de ces soins à domicile se développe fortement, et les patients en perte d’autonomie bénéficient d’alternatives à une hospitalisation ou au placement en établissement.

Parallèlement à ces prestations (hospitalisation à domicile, maintien à domicile et soins infirmiers ou médicaux), des auxiliaires de vie peuvent également intervenir : voyons l’intérêt de cette complémentarité des prestations en matière de bien-être et de confort.

Des soins à domicile adaptés aux besoins

Le terme de soins à domicile (SAD) comprend à la fois les soins de confort et d’hygiène, et les actes effectués par des professionnels de santé, tels que les infirmiers pour les injections ou le renouvellement de pansements.

Ces prestations de santé peuvent également prendre la forme d’une hospitalisation à domicile (HAD), ou d’un maintien à domicile (MAD). Ces différents services n’ont pas le même niveau de technicité ni de médicalisation. Avec l’allongement de la durée de vie et de la dépendance chez les personnes âgées, l’offre de soins à domicile se développe largement.

Le plus souvent c’est le médecin traitant qui jugera de la nécessité de ce type de soins : en tant que prescripteur principal, il proposera le recours au type de prise en charge adapté (SAD, HAD, etc.), selon la nature et la fréquence des soins à apporter.

Le médecin généraliste a donc un rôle primordial auprès de la personne âgée, puisqu’il va déterminer les conditions du maintien à domicile. En coordonnant l’action des divers professionnels de santé, il garantit le confort de vie du senior sur la durée.

Les SAD en détail : que comportent-ils ?

Principalement effectués par des infirmières libérales, les soins à domicile, couverts par l’Assurance maladie, impliquent plusieurs compétences :

  • Tout d’abord les actes de première intention, ainsi que ceux permettant d’aider à diagnostiquer une pathologie, sans besoin d’hospitaliser le senior : les prélèvements pour analyse, le suivi de l’évolution du patient, les vaccins, les conseils personnalisés, etc.
  • Ensuite, les actes infirmiers ayant pour but de gérer en ambulatoire certaines pathologies aigues : il peut s’agir de maladies infectieuses, d’antibiothérapie, de soins de ré-hydratation, de renouvellement de bandage, etc.
  • Interviennent également le suivi de maladies chroniques (diabète, pathologies psychiatriques, plaies d’ordre dermatologiques, etc.), avec l’implication des personnes dépendantes et de leurs proches lors des soins en ambulatoires. L’objectif est de permettre au senior de poursuivre sa vie sociale et de limiter les contraintes liées aux soins.
  • Suite au traitement d’un cancer, les SAD peuvent prendre le relai après les cures de chimiothérapie. Le médecin traitant et les services d’oncologie veilleront au suivi du patient, qui bénéficiera d’une surveillance de son état clinique, d’actes techniques spécifiques, de bilans concernant la nutrition, etc.
  • Les prestations de soins à domicile accompagnent le retour des personnes après une hospitalisation, suite à une chirurgie ou une pathologie aiguë. La prise en charge à domicile (veille clinique, surveillance générale) permet un maintien ou un retour à la maison des seniors dépendants pour leur convalescence, en lien avec les professionnels de santé et le médecin traitant.

L’aide à domicile en complément des soins

Lors de ces prestations de soins, la personne dépendante peut profiter d’une aide à domicile avec une auxiliaire de vie, en complément des soins reçus. L’auxiliaire a pour mission d’accompagner le patient dans tous les gestes essentiels du quotidien, jusqu’à son rétablissement.

La complémentarité de ces professionnels de santé est bénéfique pour la personne âgée : tandis que l’infirmière gère le cadre des soins et des divers actes infirmiers, l’auxiliaire de vie est orientée sur l’aide à l’autonomie. Elle se chargera de certaines tâches spécifiques, comme l’aide à la toilette et l’habillage, l’entretien du logement, l’aide aux repas ou à la prise de traitement médicamenteux, etc. Un ensemble de services qui vient parfaitement compléter les actes de l’infirmier évoqués précédemment.

Suite à un séjour en établissement de santé, le senior ou son proche peut donc faire appel à une structure spécialisée dans l’aide à domicile des personnes fragilisées : celle-ci pourra apporter un contact humain et un bien-être supplémentaire au senior et à ses proches. Elle assurera à domicile la présence, les aides et l’accompagnement nécessaire selon l’état de santé du patient.

Les proches participent dans de nombreux cas à l’accompagnement des personnes dépendantes : un investissement qui a parfois des conséquences sur la santé, le couple, le travail, etc. Des solutions de répit peuvent être salutaires, afin de retrouver du temps pour soi tout en confiant la personne dépendante à une personne compétente.

Opter pour la combinaison des soins et de l’aide à domicile peut ainsi libérer un temps conséquent pour l’aidant. Grâce au maintien du bien être du proche aidant, le maintien à domicile du proche pourra se faire dans les meilleures conditions.

Les SPASAD : services deux en un, en plein essor

Les SPASAD (Services Polyvalents d’Aide et de Soins à Domicile) sont des services deux en un : ils regroupent au sein d’une même équipe toutes les tâches d’un SSIAD (Service de Soins Infirmiers A Domicile), couplées avec celles d’un service d’aide à domicile.

Les soins infirmiers sont prodigués de la même manière qu’avec les SSIAD, uniquement sur prescription médicale. Concernant l’aide à domicile, les SPASAD fonctionnent comme un service d’aide à domicile, avec des missions d’aide à la personne et d’entretien du logement.

La loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement devrait permettre à ce système de s’étendre. De nouvelles formes de SPASAD vont en effet être expérimentées (nommés les « SPASAD intégrés »), visant à assurer des prestations d’aide aux personnes fragilisées, des mesures d’accompagnement et des soins à domicile.

L’intervention complémentaire d’une auxiliaire de vie répond au final à une forte tendance actuelle, les personnes âgées dépendantes réclamant une écoute bienveillante autant que des soins médicaux, et leurs proches souhaitant compter sur un service fiable lorsqu’ils ne peuvent tout gérer eux-mêmes.

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *