Comment ouvrir son cabinet de kiné ? 10 conseils !

Comment ouvrir son cabinet de kiné ? 10 conseils !

Le jour J est arrivé, vous avez obtenu votre diplôme d’État de masseur-kinésithérapeute. Félicitations ! Vous souhaitez maintenant créer votre activité en libéral et exercer votre métier. 

Malgré votre certificat, il y a encore quelques étapes pour ouvrir votre cabinet de kiné à domicile. libheros vous livre 10 conseils pour ouvrir votre cabinet de kinésithérapeute.

1 – Déterminez votre statut juridique et immatriculez votre entreprise

Exercer seul, à plusieurs, en cabinet ou en kinésithérapie à domicile, etc. Voilà autant de questions à vous poser avant de réaliser les démarches administratives pour pratiquer votre métier. 

Différents statuts juridiques s’offrent à vous.

Afin de déterminer ceux qui sont le plus adaptés à votre situation, vous pouvez faire appel à un expert-comptable. Il saura vous guider et vous conseiller au mieux. 

Après ce choix, il faudra procéder à l’immatriculation de votre entreprise. Les démarches dépendent de la forme juridique choisie. Concernant l’entreprise individuelle, l’accès est simplifié et rapide en général. Pour les sociétés, la procédure est un peu plus élaborée mais reste accessible  (rédaction des statuts, publication d’une annonce légale, apport auprès d’une banque, etc.). 

2 – Inscrivez-vous auprès de l’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes

En tant que professionnel du secteur, vous avez l’obligation de vous inscrire à l’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes. Pour procéder à cet enregistrement, vous devez contacter votre conseil départemental

La liste des pièces justificatives obligatoires est à retrouver sur le site de l’Ordre ou auprès de votre conseil départemental directement.

Une fois validé, vous obtenez une attestation d’inscription, sur laquelle apparaît votre numéro RPPS (répertoire partagé des professionnels de santé). Enfin, vous recevrez automatiquement une carte de professionnel de santé (CPS)

3 – Inscrivez-vous sur le site de l’assurance maladie 

S’enregistrer auprès de l’assurance maladie fait partie de l’une des phases obligatoires pour ouvrir son cabinet. Si vous souhaitez vous installer en libéral, vous allez devoir effectuer des démarches simplifiées. 

Vous pouvez d’ailleurs réaliser toutes les étapes via un formulaire en ligne sur ce site : installation-kine.ameli.fr

Puis, vous choisirez un créneau pour obtenir un rendez-vous. Il s’effectuera avec un conseiller de la CPAM, qui vous transmettra tous les documents nécessaires à l’exercice de votre profession de kinésithérapeute

4 – Déterminez votre emplacement ou zone d’exercice 

Vous souhaitez être kinésithérapeute libéral, exercer en tant que kiné à domicile, en cabinet ou les deux à la fois ? Peu importe, il faut  déterminer une zone géographique où pratiquer votre métier. Le fait d’exercer en tant qu’indépendant dans le domaine de la santé vous offre une liberté géographique . 

Afin de sécuriser votre projet, vous pouvez effectuer une étude de marché. Cela vous permet de prendre connaissance du nombre : 

  • d’habitants de la commune envisagée ; 
  • de professionnels de la santé qui orienteront des patients chez vous ; 
  • de kinésithérapeutes déjà présents. 

Ainsi, vous aurez une vue d’ensemble sur les besoins du territoire, la concurrence, le total de consultations espérées sur l’année, etc. Le lieu choisi influence votre chiffre d’affaires certes, mais également si vous avez le droit ou non à des aides financières

5 – Estimez votre budget et vérifiez votre éligibilité à des aides à l’installation

En fonction de la région où vous souhaitez vous établir, vos revenus et vos charges peuvent varier de façon significative. 

En moyenne, un kiné en libéral pourrait débuter à 2000€ nets par mois et gagner un revenu mensuelle moyen de 3 000€ nets par mois (sources : ministère de l’économie). Cependant, le revenu net mensuel d’un kinésithérapeute varie énormément en fonction de son lieu et de son mode d’exercice.

Ainsi, concernant vos interventions à visée non thérapeutique (soins de confort, etc.), vos honoraires sont libres.

Vous pouvez effectuer des dépassements d’honoraires à Paris, mais pas forcément ailleurs. 

C’est pourquoi il existe un coup de pouce financier au démarrage de votre activité dans certains lieux. En effet, certaines zones déterminées par l’ARS comme « très sous-dotée » ou « sous-dotée » vous permettent d’en bénéficier. 

Cette initiative encourage les kinés à domicile à s’installer à des endroits où il en manque. Différents types de contrats donnent lieu à une aide forfaitaire annuelle.

Vous pouvez prétendre à d’autres aides financières à la création d’entreprise, comme l’ACRE par exemple. Elle vous permet de bénéficier d’exonération partielle de vos charges. Selon la forme juridique de votre entreprise, vous aurez également droit à d’autres avantages.

En choisissant de vous implanter dans l’une ces communes, vous trouverez aisément des patients, mais aussi un soutien financier.

6 – Choisissez votre assurance de responsabilité civile médicale

Exercer la kinésithérapie vous classe  parmi les professionnels de santé.  Vous avez donc l’obligation de vous assurer. Le but d’une assurance de responsabilité civile médicale est d’obtenir des garanties et de vous protéger d’éventuelles atteintes à la personne. 

Pour choisir votre couverture, vous pouvez comparer les offres et faire jouer la concurrence. Examinez minutieusement les termes du contrat proposé, afin de s’assurer les meilleures garanties possibles

7 – Respectez la déontologie du métier

La profession est réglementée. En tant que masseur-kinésithérapeute, il y a des règles et des plafonds à respecter, comme les tarifs ou le nombre d’actes autorisés. Le Code de la santé publique est votre livre de référence. Il vous indique les codes de conduite à observer ainsi que la déontologie à suivre (secret professionnel, moralité, etc.). 

SI vous prévoyez de vous implanter physiquement, vous devrez également honorer les normes de sécurité et d’accessibilité en vigueur, puisque vous êtes un établissement destiné à recevoir du public (ERP). 

8 – Payez vos cotisations obligatoires

L’interlocuteur à privilégier pour vos impôts et cotisations est l’URSSAF. En fonction de votre tranche d’imposition, de votre ancienneté, les charges diffèrent.

Un document de l’URSSAF très complet récapitule toutes les démarches administratives à réaliser pour ouvrir son cabinet de kinésithérapeute.

Vous devrez déclarer vos revenus au service des impôts, qui calculera le montant de vos contributions en fonction de vos gains. Ne pas déposer de déclaration entraîne un risque de redressement fiscal. 

9 – Communiquez et faites-vous connaître 

Nouveau kinésithérapeute dans la région, vous souhaitez vous faire connaître ? Oui, mais pas n’importe comment. Vous devez respecter les règles et les codes en matière de communication. Ces règles se trouvent sur le site internet de l’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes

L’Ordre fixe des préconisations, notamment à propos de : 

  • la signalétique du cabinet
  • l’enseigne ; 
  • le site internet ; 
  • la plaque professionnelle
  • etc. 

Créer tous les outils pour simplifier le contact avec vos patients vous facilitera la vie

10 – Gérez votre organisation quotidienne avec des outils en ligne 

La mise en place d’un système de prise de rendez-vous est essentielle. Afin de gagner un temps précieux, vous pouvez choisir de travailler avec un outil numérique. 

libheros est une plateforme en ligne, qui permet à toutes les personnes de réserver un créneau disponible chez vous. 

Pour pratiquer des soins à domicile notamment, cet outil en ligne facilite vos déplacements. Vous avez toutes les informations indispensables, sans même devoir répondre au téléphone ou à vos mails. 

Travaillez l’esprit serein, en vous concentrant sur le cœur de votre métier : vos mains.