Une prise de sang pour aider au diagnostic d’un cancer

Une prise de sang pour aider au diagnostic d’un cancer

En France, le cancer est la première cause de décès chez l’homme et la deuxième chez la femme.

En 2018, 382 000 nouveaux cas de cancer ont été diagnostiqués.

La même année, le nombre de décès s’élève à 157 400.

C’est pourquoi l’institut national du cancer (INCA) a pour objectif dans son nouveau plan décennal 2021 – 2030, d’alléger le poids du cancer dans la vie des Français grâce à différents axes.

En parallèle, la recherche avance et les innovations permettent de mieux soigner le cancer. L’importance du dépistage reste primordiale. En effet, plus un cancer est diagnostiqué tôt, plus il a de chance d’être guéri.

La prise de sang est l’un des examens qui aident à diagnostiquer un cancer. Si aujourd’hui elle ne permet pas de le diagnostiquer à elle seule, ça sera sûrement le cas d’ici quelques années.

Comment est-ce possible ? Découvrez-le dans cet article.

Comment une prise de sang peut aider les médecins dans le diagnostic d’un cancer ?

Lorsqu’un patient présente des premiers symptômes de cancer, le médecin prescrit un ensemble d’examens. La prise de sang en fait partie.

Elle permet d’évaluer l’état de santé global du patient. Certains marqueurs sanguins particuliers sont recherchés notamment des protéines produites en quantité importante par les cellules cancéreuses.

À ce jour, les résultats d’une prise de sang ne permettent pas de poser un diagnostic, car ces anomalies peuvent être dues à d’autres maladies bénignes. Mais cela donne une orientation aux médecins.

Suite aux examens initiaux, le médecin demande des examens complémentaires. Chaque cancer a son examen de dépistage principal : 

  • La mammographie permet de diagnostiquer un cancer du sein 
  • La biopsie cutanée détecte un cancer de la peau 
  • L’examen immunologique des selles est le plus efficace pour diagnostiquer un cancer du côlon
  • Le toucher rectal est la manière la plus courante de diagnostiquer un cancer de la prostate
  • Le cancer du poumon est détecté, entre autres, grâce à un scanner thoracique 
  • Les résultats d’une prise de sang peuvent orienter les médecins lors du diagnostic d’une leucémie.

Quels sont les marqueurs biologiques recherchés lors d’une prise de sang ?

Plusieurs marqueurs sont recherchés lors d’une prise de sang. Dans un premier temps, une recherche générique sera réalisée puis en fonction de l’organe potentiellement touché, les marqueurs seront plus précis.

La Numération Formule sanguine (NFS)

Cet examen sanguin est courant, il est réalisé régulièrement pour contrôler l’état de santé global. Il permet de voir la quantité de globules rouges, globules blancs et de plaquettes.


Les globules blancs, encore appelés leucocytes, permettent à l’organisme de se défendre contre les infections ou un corps étranger. Si les leucocytes sont présents en grande quantité cela signifie que le corps se défend de manière active contre une infection ou des éléments anormaux présents dans l’organisme (ex : virus, microbe, cellules cancéreuses).

 
Les plaquettes jouent un rôle important dans la coagulation. Présentes en grande quantité, elles mettent en évidence une hémorragie.

Ces résultats seuls ne peuvent pas dire si oui ou non il y a un cancer.

Le dosage des marqueurs tumoraux

Les marqueurs tumoraux sont présents physiologiquement dans l’organisme. Cependant, ils sont fabriqués en quantité importante par les cellules cancéreuses lorsqu’il y a un cancer. L’évaluation de ces marqueurs est utile à différentes étapes de la prise en charge d’un cancer (diagnostic, détermination du grade et du stade, évolution, suivi).
Ils s’observent dans le sang, mais aussi dans les urines ou les tissus. Il en existe plusieurs, ils sont différents selon l’organe touché par la tumeur.

Voici quelques exemples de marqueurs tumoraux recherchés lors d’une prise de sang :

  • PSA, antigène spécifique de la prostate
  • Thyroglobuline, qui permet de détecter les rechutes lors d’un cancer de la thyroïde
  • LDH, lactate déshydrogénase, pour déterminer le stade, le grade et suivre l’évolution d’un cancer des testicules
  • Gastrine, permet d’aider au diagnostic d’une tumeur produisant de la gastrine, souvent localisée dans le pancréas ou paroi duodénale 
  • CEA, antigène carcino-embryonnaire, qui est présent pour de nombreux cancers (colon, sein, pancréas, foie, col de l’utérus…) et qui permet de déterminer le stade, le pronostic et de suivre le traitement
  • CA-125, qui aide au diagnostic d’un cancer des ovaires.

Le ionogramme et la créatininémie

D’autres analyses sanguines peuvent être demandées en fonction de la localisation de la tumeur.

Un ionogramme permet de surveiller l’équilibre hydroélectrolytique (sodium, potassium, calcium, chlore). Cet équilibre est assuré par les reins, le système digestif, la peau et la respiration.

Par exemple, la créatininémie qui mesure l’activité des reins, permet de diagnostiquer une éventuelle altération de celui-ci.

Un diagnostic précoce du cancer grâce à la prise de sang : les travaux de recherche en cours

En France, différentes recherches sont en cours pour permettre le diagnostic d’un cancer grâce à une « simple » prise de sang.

Découvrons 3 projets innovants.

L’étude Oncopro

Cette étude promue par les Hospices Civils de Lyon vise à évaluer un nouveau test sanguin. Appelé Progastrine, il serait utilisé dans le diagnostic du cancer et le suivi de l’efficacité des traitements.

La progastrine est une protéine présente naturellement dans l’organisme. Elle est présente à un taux beaucoup plus élevé chez une personne atteinte d’un cancer, quelle que soit son origine.

L’étude Oncopro analyse l’utilité de ce nouveau test sanguin dans le dépistage précoce des cancers.

L’observation repose sur 410 personnes atteintes de 16 cancers différents. Elle a débuté en décembre 2018 et se terminera en novembre 2023. Différents prélèvements sont réalisés tout au long de la prise en charge du cancer.

L’invention de Patrizia Paterlini-Bréchot

L’objectif de cette chercheuse en oncologie est de permettre de diagnostiquer de manière précoce le cancer. Elle rappelle que plus de 90 % des personnes atteintes d’un cancer décèdent à cause des métastases.

Ces métastases sont lentes à se développer et peuvent mettre jusqu’à plusieurs années avant de s’installer. Cela pourrait être évité.

Grâce à sa méthode rapide et non invasive, ISET (Isolation by SizE of Tumour cells), Patrizia Paterlini-Bréchot souhaite un diagnostic précoce, mais aussi de suivre la réponse au traitement pour l’adapter et détecter précocement les rechutes.

Son innovation pourrait permettre de diagnostiquer un cancer avant même qu’il ne soit visible par les techniques d’imagerie médicale.

Le filtrage sanguin permet d’isoler les cellules tumorales circulantes en 15 minutes environ. Ces cellules se détachent de la tumeur principale et circulent dans le sang. Dans les grandes artères, elles ne s’arrêtent pas et sont donc « sans danger », mais lorsqu’elles atteignent les réseaux capillaires (dans le cerveau, les poumons, etc.), elles traversent les fines parois pour envahir les tissus. Cela crée les métastases.

Le projet de Patrizia Paterlini-Bréchot est soutenu par l’Institut national du cancer.

Dr Carmen Garrido, l’étude des protéines de choc thermique

Récompensée par le Grand Prix Ruban rose en 2021, Carmen Garrido est directrice de recherche de classe exceptionnelle du centre de recherche INSERM U1231 « Lipides, nutrition, cancer » et directrice d’équipe « Protéines de stress et Cancer ».

L’objectif de son projet ? Faire de la prise de sang un moyen de dépistage précoce, mais aussi de suivi du cancer du sein.

Comment ? Grâce à la protéine de choc thermique aussi appelée protéine du stress. Elle s’accumule dans les cellules lors de situations de stress. Les cellules cancéreuses détiennent beaucoup de ces protéines, entraînant une résistance à la chimiothérapie plus importante a remarqué Carmen Garrido.

Si elle et son équipe arrivent à dénombrer les protéines du stress dans le sang alors il sera possible de diagnostiquer un cancer du sein de manière précoce et de suivre l’évolution des thérapies.

Sensibilisation aux différents cancers en entreprise

De nombreuses campagnes sont organisées à des moments clés de l’année pour sensibiliser au dépistage précoce des différents cancers en France. 

  • Octobre rose, pour sensibiliser au cancer du sein 
  • Mars bleu, pour lutter contre le cancer colorectal 
  • Journée mondiale contre le cancer, moment de mobilisation internationale
  • Etc.

Mais la sensibilisation aux cancers, ne doit pas s’arrêter à certains moments de l’année. Elle doit pouvoir être effectuée toute l’année. Ainsi, afin de toucher un grand nombre d’hommes et de femmes, des campagnes de prévention peuvent être organisées en entreprise.

C’est ce que vous propose libheros au travers d’actions de prévention (conférences, visite infirmière, soins en entreprises…) adaptées à vos besoins et à vos objectifs. Elles se réalisent sur site ou à distance, animées par un professionnel de santé et à l’aide de documents conçus par nos soins, validés par des experts.

Si vous êtes intéressé, n’hésitez pas à contacter notre équipe, elle saura vous orienter dans votre campagne de prévention santé en entreprise adaptée à vos besoins, 

Toute l’équipe libheros reste à votre disposition pour répondre à vos questions.