Comment combattre les risques psychosociaux ?

Comment combattre les risques psychosociaux ?

Les risques psychosociaux (ou RPS) désignent la probabilité de troubles susceptibles de porter atteinte à la santé physique et mentale des salariés dans le cadre de leur travail. Stress, harcèlement, injures, etc. Les manifestations et les facteurs des RPS sont multiples et concernent toutes les entreprises. Les conséquences peuvent être très lourdes pour le salarié et l’entreprise. C’est pourquoi le code du travail impose aux employeurs d’établir des évaluations au sein de leur organisation et de prendre les mesures nécessaires. L’objectif est de mener des actions de prévention afin d’assurer la sécurité des travailleurs. Combattre les risques psychosociaux en entreprise : pourquoi et comment ?  

Quels sont les risques psychosociaux ? 

Le ministère du travail regroupe les RPS autour de 4 groupes de troubles : 

  • le stress : ressenti des salariés lié au travail, sentiment de ne pas disposer des ressources nécessaires pour parvenir à répondre aux contraintes de son travail et aux exigences de son poste ;  
  • les violences internes : harcèlement moral ou sexuel, conflits entre collègues, etc. Ce volet regroupe les violences commises au sein de l’entreprise entre salariés ; 
  • les violences externes : incivilités, injures, agressions, menaces, etc., subies par les employés provenant de  personnes externes à l’entreprise ;   
  • le syndrome d’épuisement professionnel  : appelé aussi burn-out, il s’agit d’un « épuisement physique, émotionnel et mental qui résulte d’un investissement prolongé dans des situations de travail exigeantes sur le plan émotionnel »

Ces troubles sont susceptibles d’entraîner une souffrance au travail. Ils peuvent se rencontrer de façon isolée ou combinée. Par exemple, le stress ressenti par un travailleur à la suite d’une agression externe peut impacter les relations de travail au sein de son équipe. 

Quelles sont les causes des risques psychosociaux ? 

Selon une étude de la Dares (Direction de l’animation de la recherche et des études statistiques) de 2016, 67% des salariés s’estiment manquer d’autonomie dans leur travail. 

Six grands facteurs ont été définis comme étant à l’origine des RPS : 

  • les exigences au travail : une charge de travail importante, pénibilité, des délais et des objectifs flous, des tâches trop diluées, un rythme intense, des heures supplémentaires, etc. ; 
  • les exigences émotionnelles : des contacts difficiles, le contrôle ou la dissimulation de ses émotions réelles, des violences physiques ou verbales ; 
  • un manque d’autonomie et de marge de manoeuvre : une absence de latitude décisionnelle, des contraintes liées au rythme de travail, des compétences sous utilisées ; 
  • de mauvais rapports sociaux : manque de clarté des instructions, absence de solidarité entre collègues, absence de reconnaissance, encadrement défaillant ;  
  • des conflits de valeur : la perte ou l’absence du sens du travail, le sentiment d’accomplir des tâches inutiles ; 
  • l’insécurité :  précarité contractuelle, retard de paiement des salaires, changement de qualification ou de poste, etc. 

Pourquoi prévenir et lutter contre les risques psychosociaux ? 

Les RPS entraînent une dégradation de la situation au travail pouvant nuire fortement à l’entreprise. Les risques psychosociaux peuvent avoir un impact sur la santé. Ils sont parfois à l’origine de troubles musculo-squelettiques, de maladies cardiovasculaires ou d’affections psychiques (anxiété, stress, etc.). Une aggravation ou une rechute de maladies chroniques constitue une autre conséquence possible.

Ces facteurs peuvent augmenter l’absentéisme, les travailleurs posant des arrêts maladie en raison de problèmes de santé. Le mouvement de rotation du personnel (ou turn-over) peut s’accélérer. Les autres conséquences possibles sont : des démissions, des licenciements, la nécessité de faire appel à du personnel intérimaire, etc. Les travailleurs démotivés risquent d’arriver en retard, de ne plus respecter la discipline, ni la qualité exigée. Enfin, des accidents du travail peuvent se produire en raison d’une fatigue accrue et d’un manque de concentration. 

Le climat social se dégrade, entraînant une ambiance délétère et une atteinte potentielle à l’image de l’entreprise. La qualité de vie au travail, sujet essentiel pour les DRH, est impactée de façon négative. Prendre soin de ses salariés pour une entreprise est essentiel. Ces différentes manifestations peuvent perturber les services et nuire à la productivité de l’entreprise.

libheros vous accompagne afin de vous aider à mettre en place des campagnes de prévention santé. Il s’agit de sensibiliser les salariés aux enjeux de santé publique et de permettre aux entreprises d’identifier les facteurs de risques. libheros propose des actions répondant aux enjeux de la qualité de vie au travail. Pour en savoir plus, retrouvez toutes les informations sur les campagnes de prévention santé en entreprise par libheros.   

Comment analyser les risques psychosociaux ? 

Depuis 2001, la loi impose aux employeurs d’établir un document unique d’évaluation des risques (DUER). Ce document doit être mis à jour chaque année. Il s’agit de dresser un inventaire des risques au niveau de chaque unité de travail. Le DUER implique de rendre compte des résultats des évaluations. L’analyse porte donc sur les exigences au travail, les exigences émotionnelles ou le manque d’autonomie. Les mauvais rapports sociaux, les conflits de valeur et l’insécurité sont aussi évoqués. 

Afin de réaliser le DUER, l’entreprise peut mettre en place un ou plusieurs groupes d’études, impliquer le médecin du travail, des représentants des salariés, des partenaires sociaux, ainsi que des consultants et experts extérieurs. Des situations concrètes doivent être évoquées. Par exemple, les consignes adressées aux salariés concernant l’utilisation de leur messagerie professionnelle en dehors des heures prévues par la loi. L’entreprise doit déterminer s’il y a un risque d’intrusion de la vie professionnelle dans la vie personnelle du travailleur. 

Les conclusions du DUER doivent permettre d’identifier les causes des risques psychosociaux. L’entreprise doit être à même d’entreprendre des démarches de prévention. Plusieurs organismes peuvent demander à consulter le DUER : 

  • l’inspection du travail ;
  • les services de santé au travail
  • la direction des ressources humaines (DRH) ; 
  • les instances représentatives du personnel ; 
  • les membres du Comité social et économique (le CSE chargé des missions anciennement dévolues au Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail ou CHSCT), etc. 

L’employeur n’ayant pas établi ou mis à jour le DUER est passible d’une amende de 5ème classe, soit 1.500 euros (article R.4741-1 du Code du travail). Les sanctions les plus élevées sont cependant celles liées aux accidents du travail. Afin de limiter l’impact des risques psychosociaux, Libheros vous assiste dans la mise en place de vos campagnes de prévention.

Comment réduire les risques psychosociaux ?

La compréhension des facteurs de RPS permet de déterminer les actions à mener afin de combattre ces derniers. Ainsi, le stress est inhérent à la vie professionnelle mais il est important de distinguer sa nature et son degré d’intensité. Le stress aigu intervient dans une situation spécifique impliquant des éléments imprévisibles, un sentiment de perte de contrôle ou une menace. Il peut survenir par exemple du fait de devoir prendre la parole en public. Ce stress ponctuel est accepté différemment en fonction des individus et il est, dans la plupart des cas, sans conséquence sur notre santé.

Le stress chronique, lui, survient quand le travailleur subit une pression durable. C’est le cas du cadre devant faire face à des contraintes de plus en plus élevées dépassant les moyens dont il dispose. L’organisme sur-sollicité s’épuise et les effets sur la santé sont néfastes. 

L’entreprise a tout intérêt à identifier les causes du stress de ses salariés afin d’y remédier. Cela lui permettra de détecter de potentiels dysfonctionnements de certains services. Elle pourra ainsi améliorer sa performance en y remédiant. Des techniques managériales et organisationnelles de gestion du stress permettent de réduire la cause de ce dernier et de prévenir le stress.

Faire appel à des psychologues du travail, des intervenants en prévention, peut s’avérer nécessaires pour assurer le bien-être des salariés. Les démarches notamment de prévention primaire, en amont, ont un effet bénéfique. Pour cela, l’intervention de professionnels de la prévention peut améliorer la gestion des ressources humaines. Elles favorisent un climat positif et améliorent les conditions de travail des salariés. De plus, elles renforcent la motivation des équipes et accroissent la productivité de l’entreprise. Des actions de formation en prévention peuvent également être organisées. 

Les risques psychosociaux sont à l’origine de nombreux dysfonctionnements de l’entreprise. Il est possible de réduire les facteurs déclencheurs des RPS en améliorant la qualité de vie au travail des salariés. Libheros peut vous accompagner dans l’organisation des campagnes de prévention des risques psychosociaux. Contactez-nous pour en savoir plus !   

Sources :